Retour à l'accueil | Santé dans le monde | Tokombéré : projet de santé, projet de promotion humaine

Chercher la santé passe par la rencontre et la promotion de l’homme : c’est l’expérience vécue depuis plus de trente ans par Christian Aurenche, prêtre et médecin, dans un district extrêmement pauvre du Nord Cameroun.


 >> Revue Laennec (RL) : Christian Aurenche, depuis plus de trente ans vous assumez à Tokombéré la double responsabilité de l’hôpital privé et de la paroisse. Comment le projet Tokombéré est-il né et quels en sont les grands principes ? >> Christian Aurenche : Le démarrage du projet de santé et de promotion humaine de Tokombéré a coïncidé avec le lancement des soins de santé primaires (SSP) par l’Organisation Mondiale de la Santé, à Alma-Ata, en 1978- 1980. C’est à ce moment que nous avons commencé à nous dire qu’il fallait impérativement redéfinir l’action de santé, en nous fondant sur deux principes de base : premièrement, c’est le village, et non l’hôpital, qui est le centre de la santé ; deuxièmement, c’est le père ou la mère de famille, l’autorité du village, la société villageoise, qui sont les premiers agents de la santé, et non le médecin, l’infirmier ou le soignant. À Tokombéré, nous sommes dans une région rurale mais, en ville, les mêmes principes pourraient s’appliquer...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter