Retour à l'accueil | Santé dans le monde | Chirurgie essentielle et chirurgie d'urgence en Afrique sub-saharienne

N°1/2015

Chirurgie essentielle et chirurgie d'urgence en Afrique sub-saharienne

Alain-Tiberius Lachand, A.I.H.P - Ancien Chef de cilinique

Les obstacles qui freinent le développement des soins chirurgicaux de base en Afrique sub-saharienne ne disparaîtront pas rapidement. Parmi les améliorations à mettre en œuvre, il est donc essentiel de distinguer ce qui relève des perspectives d’avenir, des pistes à explorer dès à présent, ou de la réponse urgente à des besoins immédiats. 


Tous les économistes en sont d’accord : l’Afrique sub-saharienne est, plus que jamais, un continent d’avenir. La plupart des pays voient leur PIB augmenter chaque année de 5 % ou plus et devraient rapidement entrer dans la catégorie enviable des « pays émergents ».  Dans presque chacune des capitales – que l’on voit actuellement croître de façon exponentielle au sud du Sahara – existent aujourd’hui des hôpitaux aux normes de la médecine occidentale. Et pourtant, en dépit de ces perspectives encourageantes, la situation sanitaire de l’Afrique sub-saharienne reste très préoccupante. Les statistiques établies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sont accablantes dans tous les domaines. En 2011, l’espérance de vie à la naissance était de 56 ans en Afrique et de 76 ans en Europe. En 2012, pour un nouveau-né, le risque de mourir avant l’âge de 5 ans était de 68 ‰ en Afrique et de 7 ‰ en Europe. Si l’on met à part l’Afrique du Sud et le Botswana, dont la situation sanitaire est...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter