Retour à l'accueil | Santé dans le monde | Aider la vie à naître, à Bethléem

Étudiante en quatrième année de médecine à Paris V, je suis partie deux mois en stage pendant l’été 2014 dans une maternité de Bethléem. Cela a été une opportunité extraordinaire sur le plan professionnel, humain et spirituel, malgré le conflit qui s’est déroulé sur la bande de Gaza pendant toute la durée de mon séjour.  


L’hôpital de la Sainte-Famille, tenu par l’Ordre de Malte depuis 1990, est situé dans la zone A des territoires palestiniens, c’est-à-dire celle qui conserve le plus d’autonomie par rapport à Israël. Ses habitants n’ont pas le droit d’aller de l’autre côté du mur de séparation, situé tout juste au nord de la ville, à moins d’obtenir un permis spécial (au motif de leur travail, pour raisons de santé, etc.) On observe une grande mixité religieuse à Bethléem : les chrétiens représentent 30 % de la population, par ailleurs musulmane, tandis qu’ils sont seulement 1 % dans le reste de la Palestine ; le lieu de la naissance du Christ est en effet un foyer important pour les chrétiens de la région. Tous, chrétiens et musulmans, comprennent l’intérêt de préserver une paix relative pour ne pas dissuader les nombreux pèlerins de venir. Cette mixité contribue à une grande tolérance qui se ressent dans la vie quotidienne, et particulièrement à l’hôpital. Il est courant de s’inviter les uns les...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter