Retour à l'accueil | Relation de soin | Premiers pas d'une externe à l'hôpital
picto_big

Relation de soin | Témoignage

Mots clés : Relation soignant-soigné.

N°2/2014

Premiers pas d'une externe à l'hôpital

Marguerite Rieux, Étudiante en médecine, DCEM2

 Mon premier stage d’étudiante en tant qu’externe, en deuxième année du second cycle d’études médicales (DCEM2), était un stage de médecine. Il s’est déroulé dans le service d’oncologie digestive d’un grand hôpital parisien. Quand j’essaie de relire cette expérience, un élément surtout m’apparaît central et déterminant : au début de la D2, on ne sait rien ou pas grand-chose. L’approche de la relation médecin-patient est marquée par une sorte d’innocence.


En réalité, la seule expérience à laquelle nous pouvons réellement nous raccrocher est d’ordre personnel. Notre regard est dépourvu de tout a priori. Ce n’est pas un regard habitué, encore moins résigné. Et à mon avis, c’est une grande force. Ce regard innocent nous fait voir des choses auxquelles les professionnels aguerris ne font même plus attention. Elles sont devenues pour eux une habitude, ils se sont résignés à des maladresses qui ont dû autrefois leur apparaître inacceptables. Il est d’autant plus essentiel à mes yeux de bien noter ces choses, pour ne pas risquer de tomber dans cette indifférence. Un premier élément qui m’a marquée, tout au long du stage, c’est cette sorte d’« incertitude » dans laquelle baignent constamment les patients. Je pouvais l’observer, non seulement dans le service, mais également pendant les gardes aux urgences, à tous les niveaux : incertitude quant à la suite des événements ; incertitude du pronostic ; incertitude concernant l’heure de passage...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations