Retour à l'accueil | Relation de soin | Leur corps a quelque chose à nous dire. Retour sur un stage infirmier à la prison des Baumettes
picto_big

Relation de soin | Entretien

Mots clés : Santé et prison.

N°3/2016

Leur corps a quelque chose à nous dire. Retour sur un stage infirmier à la prison des Baumettes

Alix Fernet-Scherer, Etudiante en médecine

Considérer le patient dans sa propre histoire avec la maladie au lieu de s’attacher uniquement à sa pathologie – ou comment un stage infirmier à la prison des Baumettes a renouvelé le regard d’une étudiante en médecine sur la relation de soin.  


Revue Laennec : Alix Fernet-Scherer, vous êtes étudiante en médecine. Au cours de l’été 2015, en fin de troisième année (DFGSM3), vous avez choisi d’effectuer un stage infirmier à la prison des Baumettes, à Marseille. Pourquoi un tel choix ?  Alix Fernet-Scherer : La faculté nous accorde quatre mois de vacances chaque été, et je souhaitais utiliser une partie de ce temps pour enrichir ma formation. La médecine pénitentiaire figurait parmi les possibilités de stage offertes par le Centre Laennec : j’y ai vu l’occasion d’aborder la relation de soins dans un milieu où elle est soumise à de multiples tensions, et de prendre ainsi un peu de distance par rapport aux expériences déjà vécues dans mes stages hospitaliers. C’était aussi une opportunité unique pour découvrir le monde carcéral, ses lois, ses codes... En tant que futur acteur de soin, il me semblait important de connaître ces réalités. Aujourd’hui, avec le recul, je pense que la place très particulière du corps en prison est...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations