Retour à l'accueil | Relation de soin | L'imagerie prénatale : questions posées par la découverte d'une anomalie neurologique

Passé au crible des techniques d’imagerie prénatale, l’enfant attendu tend à devenir « objet » d’étude, livré à l’interprétation du médecin. Face à une image inhabituelle révélant un risque de pathologie grave, comment redonner au fœtus sa singularité de sujet ? Comment accompagner les parents, confrontés à une décision psychiquement et humainement très lourde, dans une véritable démarche de questionnement éthique ?  


Outil indispensable de cette spécialité nouvelle qu’est la médecine fœtale, l’imagerie prénatale offre un paradigme des questions éthiques soulevées par la confrontation entre les techniques d’imagerie médicale -- échographie, IRM -- et l’imaginaire des patients. Ici en effet, l’imagerie est remarquable par le fait qu’elle rend subitement présent un enfant aux yeux des praticiens -- et surtout à ceux d’un homme et d’une femme en voie de devenir parents.  Dans le cadre de l’imagerie prénatale, l’objet de l’étude n’est pas la patiente elle-même mais l’être porté dans la matrice maternelle ; être d’espérance, être de désir, fortement investi par les projections parentales. À travers le dévoilement permis par la technologie, les images font brutalement irruption dans cet imaginaire des parents. L’examen échographique donne soudain consistance à l’enfant attendu, en particulier pour le père qui ne peut en ressentir la présence dans son corps. Ainsi, le couple découvre par l’image...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations