Retour à l'accueil | Relation de soin | L'annonce d'une mauvaise nouvelle médicale : épreuve pour le malade, défi pour le médecin

L’annonce d’une maladie grave comporte en elle-même une part d’impossible. Traumatisante pour le patient, délicate – parfois angoissante – pour le médecin, elle déclenche de part et d’autre des mécanismes de défense, mettant rudement à l’épreuve la relation de soin. Pour sortir de la crise, il revient au médecin de savoir ouvrir un espace de parole, de transformer cette annonce effrayante en un temps fort, une rencontre. 


Communiquer un diagnostic de maladie grave, annoncer la récidive d’un cancer, faire part de la décision d’arrêt des chimiothérapies, expliquer le bien-fondé d’un transfert en unité de soins palliatifs : l’annonce d’une mauvaise nouvelle renvoie à des situations cliniques diverses mais toujours très difficiles pour le patient. Ainsi, malgré la mise en place d’un dispositif d’annonce, malgré toute la bonne volonté du médecin et en dépit des précautions dont il peut s’entourer et entourer son patient pour atténuer le choc, cette étape peut toujours mal se passer. Madame R. est en colère : « Mon médecin m’a dit : “Le staff a décidé.” Mais comment un staff peut-il décider pour moi ? Un staff n’est pas une personne. Un staff ne peut pas savoir ce qui est bon pour moi : je ne suis pas un dossier, je suis une personne. Le staff a décidé, mais moi je peux savoir aussi ce qui est bon pour moi… » Face à cette réaction, le médecin a le sentiment douloureux de ne pas être parvenu à faire...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations