Retour à l'accueil | Recension | Ceux des baraquements

Recension | Analyse


N°4/2005

Ceux des baraquements

Roman traduit de l’américain par Martine Leroy-Battistelli. Éditions Quart Monde, 2005, 137 p.

Claire Poisson,

Avec ce très beau livre, court mais dense,Marcel Le Hir, aîné de sept enfants, nous introduit au coeur de ce que fut sa vie de famille dans les baraquements de Vitré, en Bretagne. Conditionné par l’étiquette « baraquement », « on grandit avec tout ce qui nous entoure, un logement insalubre, le froid, la faim, l’alcool et surtout le regard des autres »… Un regard qui pourrait faire oublier cet essentiel : l’amour inaltérable qui unit parents et enfants. Ce lien d’amour est, cependant, trop souvent mis à mal. Ainsi, peut-on souligner la rupture et l’éclatement de la famille causés par le placement de tous les enfants en institution. Marcel Le Hir avait quinze ans. 

L’auteur nous fait aussi partager ce que furent, par la suite, sa jeunesse et sa vie d’homme, de père et d’époux. Vie traversée de souffrance,de découragements quand on se sent « poursuivi par le malheur »,mais aussi et combien plus par la volonté de s’en sortir, l’espoir, la confiance en l’amitié de quelques uns qui savent être présents et, dans la durée, faire confiance. 
Marcel Le Hir a eu le courage d’écrire avec simplicité une vie si difficile ; qu’il en soit remercié tant il est important d’apprendre à se connaître en société, sans rester dans l’ignorance de ce qui se vit parfois tout près de nous. 
La lecture de ce livre sera utile aux soignants qui ont à rencontrer des personnes vivant ou ayant vécu dans ces conditions.


 

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations