Retour à l'accueil | Recension | Bible et médecine

Recension | Analyse


N°4/2005

Bible et médecine

Le corps et l’esprit, Presses Universitaires de Namur, Namur et Éditions Lessius, Bruxelles, 2004, 153 p.

Dominique Poisson, Praticien hospitalier, Responsable de l'Unité mobile de Soins palliatifs, Groupe hospitalier Bichat-Claude Bernard, AP-HP – Paris

Cet ouvrage rassemble les conférences données lors du cycle « Bible et médecine », fin 2003-début 2004, aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur (Belgique). Ce cycle s’inscrit dans un projet plus large qui interroge la Bible pour aider à penser et agir dans le monde contemporain, qui explore les relations entre Bible et disciplines du savoir, de l’expression et de l’action. Les thèmes traités lors des cycles précédents depuis 1998 – Bible et littérature, Bible et histoire, Bible et économie, Bible et droit, Bible et sciences – ont fait l’objet de publications aux mêmes éditions. 

Naturellement, les premiers chapitres de ce livre explorent la placede la médecine dans la Bible.
• Comment celle-ci nous parle-t-elle des débuts de la vie humaine (D. Luciani) ? Si l’union de l’homme et de la femme est bien à l’origine de la conception, l’origine de la vie est divine, spécialement lors des naissances «miraculeuses ». Alors que le médecin n’intervient ni dans le processus de gestation ni lors de l’accouchement, les textes révèlent que Dieu est présent, agit, et fait déjà alliance dans le secret de l’intimité de la gestation de l’enfant. 
• Quels liens les auteurs du Premier Testament établissent-ils entre salut et guérison ? À partir d’exemples comme le récit des fléaux d’Égypte, O. Artus a centré son intervention sur les relations entre maladie et châtiment. Dans les textes, l’accent est mis sur la relation à Dieu. Ainsi Dieu,par son prophète Élisée,ne guérit-il Naaman de sa lèpre qu’après sa conversion. En contre exemple, le serviteur d’Élisée qui s’enrichit par tromperie devient « blanc de lèpre ». 
• Et quelle est la nature de ce lien dans les Évangiles (B. Van Meenen) ? Dans les récits de guérison, celle-ci est présentée par les évangélistes comme un événement de salut offert par Jésus. Ces récits montrent Jésus faisant place à ce qui fait vivre l’homme et l’humain en l’homme. En opposition, ils mettent en évidence la résistance opposée à Jésus par le mensonge et par la haine. Ainsi, Celui qui guérit met-il en évidence la maladie fondamentale, celle de la résistance à Dieu, celle du péché. Enfin, le Crucifié, porteur de toutes les souffrances et de toutes les maladies est celui qui, seul, véritablement et définitivement, peut guérir de la mort. 
 
Après les études des biblistes, vient le questionnement des médecins :
• Comment la médecine moderne établit-elle un nouveau rapport entre l’homme contemporain et son destin (B. Cadoré) ? « La médecine est par essence médiation entre l’homme et sa santé et, de ce fait, entre l’homme et la représentation qu’il se fait de son destin. » L’efficacité remarquable de la médecine sur le corps et sur le cours des maladies impose à la médecine contemporaine d’assumer cette « responsabilité de médiation ». 
• En quoi l’expérience des soignants et des malades, rejoint-elle les expériences spirituelles que nous livre la Bible ? Pour M.Desmet, la spiritualité est « un art de vivre qui s’origine dans un regard spirituel ». À partir de ce qu’il vit auprès des malades en soins palliatifs, et de ce qu’il reçoit d’eux, l’auteur décrit comment sa pratique renvoie à la Bible et comment les Écritures éclairent sa vie professionnelle. Les écritures rejoignent, en effet, « la dynamique de l’expérience médicale en soins palliatifs, là où les questions de vie et de mort se posent en permanence (…) en l’éclairant et donnent corps à une vie spirituelle authentique. » 
Sans épuiser le vaste sujet des relations entre Bible et médecine, les écrits réunis dans cet ouvrage permettent au lecteur de suivre un véritable parcours, riche et stimulant. 


 

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations