couverture juillet 2017

La revue Laennec
N°3/2017

Edito : Quand les malades étrangers nous interpellent

Sans préjuger des évolutions qui interviendront dans les prochaines années, il ne fait aucun doute que les malades étrangers occuperont une place croissante dans nos préoccupations. Comme le souligne Catherine Wihtol de Wenden dans un ouvrage récent (1), « le nombre de migrants internationaux est passé de 75 millions en 1977 à 244 millions en 2015, soit un triplement en 40 ans. [ ... ] L'Union européenne reste la première destination au monde en terme de flux ». De profil divers - « regroupement fami­lial, demandeurs d'asile, étudiants, élites qualifiées, migrants à la recherche de travail, déplacés environnementaux (ces derniers seront 150 millions en 2050 et 200 millions à la fin du XXI· siècle) » - les migrants posent dès leur arrivée de graves problèmes de santé.
Dans ce numéro de Laennec, R. Radjack et ses collègues traitent de l'accueil des mineurs étrangers isolés. Comment envisager les problématiques spécifiques de jeunes arrivant après avoir rencontré bien des embûches, sans commencer par reconnaître et individualiser leurs parcours si différents : désir de rejoindre leurs familles, fuite de pays en guerre, persécutions, pauvreté... C'est la démarche que décrivent les auteurs en insistant sur la nécessité de commencer par « percevoir les besoins propres de ces jeunes et tisser avec eux un lien de confiance ». Le lecteur appréciera la prudence et la délicatesse de professionnels pleinement conscients de la fragilité de ceux qu'ils ont en charge. La complexité et la di­versité des actions à mener rendent compte de l'importance de leurs missions pour permettre à ces mineurs étrangers d'entrer et de s'épanouir dans leur nouvelle vie.
C'est dans un pays africain, à la faveur de missions huma­nitaires, que Louis Brac de la Perrière et ses amis mesurent les problèmes de santé qui se posent dans certains pays aux moyens très limités, même pour assurer des soins de base. C'est cette prise de conscience qui les conduit à la réalisa­tion de projets humanitaires. La construction d'écoles, l'ac­cès à l'eau potable, le forage de puits leur font pressentir l'immensité des problèmes se posant dans ces pays. « De manière construite, réfléchie, la bonne volonté ne suffit pas pour aider». Belle leçon de vie.
Ce sont des questions assez universelles qui sont discutées par Laurent Degas dans cette riche analyse consacrée à la France: « Quelles valeurs pour quelle politique de santé». Il n'en souligne pas moins par des exemples l'existence de dif­férences entre pays. Ainsi, s'agissant de dépenses pour des médicaments extrêmement couteux, « Les Français sont très attachés à l'égalité, quel que soit le sacrifice collectif, alors que les Anglais [ ... ] ne regardent que la charge collective ».
Ce ne sont pas directement les malades étrangers qui sont l'objet de l'article de Pierre de Charentenay, « Ethique des soins et laïcité », mais leurs problématiques n'en sont pas absentes comme en témoigne l'exemple d'une patiente.

,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter