Couv. numéro octobre 2015

La revue Laennec
N°4/2015

Edito :

 Depuis les années 1950, la médicalisation de la grossesse et de l’accouchement n’a cessé de s’amplifier. Le vécu de la naissance s’en est trouvé profondément modifié, ainsi que le rapport social à la maternité. Mais, dès les années 1960, cette médicalisation a suscité des contestations. Aujourd’hui, grossesse et accouchement sont l’objet d’une « gestion » à la fois personnelle, conjugale et médicale, même si quelques mouvements cherchent à démédicaliser la naissance en pensant l’humaniser.
Les nombreuses questions qui en résultent, tant médicales que sociétales, ont incité le Centre Laennec, la Revue Laennec, les « Amis de Laennec » et le Centre Sèvres à organiser, le 17 janvier 2015, un colloque sur le thème : « Gérer toujours plus la grossesse et l’accouchement ? De nouvelles problématiques sociétales et médicales ». Des professionnels – médecins et sages-femmes – ont présenté et proposé à la discussion quelques-unes des évolutions en cours, et tenté d’élaborer des critères d’évaluation. L’objectif général était d’analyser les tendances actuelles de programmation et de médicalisation de la grossesse, face aux différentes contraintes organisationnelles et financières, mais aussi sous l’influence de possibilités techniques croissantes et de nouvelles demandes émanant des couples eux-mêmes. Tous les intervenants n’ont pas été en mesure de communiquer un texte. Nous remercions les auteurs des articles qui nous sont parvenus et qui composent ce numéro de Laennec, offrant – nous l’espérons – une base utile de réflexion à nos lecteurs.
• Bruno Saintôt, directeur du Département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris, introduit ce numéro. Après avoir rappelé l’histoire de la naissance en France, il pointe les nombreux questionnements éthiques soulevés par les nouvelles problématiques médicales et sociétales autour de l’accouchement.
• Damien Subtil, responsable du pôle « Femme, mère et nouveau-né » du CHRU de Lille, analyse les nouvelles attentes des femmes concernant l’accouchement et montre comment les grandes maternités d'aujourd’hui s’efforcent de concilier sécurité et humanité, dans un contexte financier contraint.
• Gilles Grangé, spécialiste en échographie prénatale à la Maternité Port-Royal de Paris, souligne la place prise par cet examen dans le suivi de la grossesse et la fascination – mais aussi les quiproquos – qu’il suscite. Encadrement juridique, discernement dans l’annonce des résultats, distinction claire entre dépistage et diagnostic : autant d’éléments qui caractérisent une pratique responsable de l’échographie et permettront d’en optimiser les apports, tant sur le plan technique qu’en termes d’accompagnement humain.
• Enfin, deux auteurs présentent l’évolution de la césarienne sous deux angles complémentaires : Camille Le Ray, gynécologue-obstétricienne à la Maternité Port-Royal, examine les indications et les pratiques actuelles de cet acte chirurgical très courant mais pas si sécuritaire qu’il y paraît, et invite les obstétriciens à ne pas le banaliser ; Isabelle Bianchi, s’exprimant au nom de l’Association d’usagers « Césarine », plaide en faveur d’un meilleur accompagnement des femmes confrontées à la naissance par césarienne, qui ne trouvent pas toujours autour d'elles le soutien et l'information dont elles auraient besoin. 

La Rédaction,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter