Couv juillet 2013

La revue Laennec
N°3/2013

Edito :

 Depuis plusieurs mois, l'actualité liée aux questions sociétales est dense en même temps que préoccupante à certains égards. Nous retiendrons ici les questions liées à la fin de vie et celles qui sont relatives à l'assistance médicale à la procréation. 
Les premières ont fait l'objet d'un numéro spécial de Laennec paru en avril. Mais le sujet est loin d'être épuisé : le Comité Consultatif National d'Éthique (CCNE) a été saisi par la présidence de la République et il est probable qu’un projet de loi viendra en discussion au Parlement au cours du quatrième trimestre de l'année. Aussi deux nouvelles contributions lui sont-elles consacrées dans ce numéro. Danielle Moyse, dans un article intitulé « Euthanasie et modernité », s’interroge sur la nature de la dignité et appelle, au terme d’une réflexion très riche, à « cultiver le lien humain par lequel les hommes pourraient enfin vivre une vie authentiquement vivante, du premier au dernier de leurs jours ». Élisabeth Quignard, gériatre, nous offre une réflexion pleine d’humanité sur le grand âge, et plus particulièrement sur le « long mourir ». 
 
Les questions relatives à l’assistance médicale à la procréation (AMP), quant à elles, requièrent désormais toute notre attention. Ce n’est un secret pour personne qu'après l'adoption du mariage pour tous, certains voudraient permettre aux couples homosexuels d'accéder à l’AMP. Aux questions que soulève cette dernière s’agissant d’un couple de femmes s’ajoute, pour les couples masculins, celle du recours inévitable à la gestation pour autrui. 
Le président du CCNE a indiqué dans plusieurs médias qu'à son avis, une réflexion globale sur l’AMP s’imposait, incluant ses indications dites « sociétales ». En réalité, on est saisi de vertige devant les perspectives ouvertes. Ainsi par exemple est-il sérieusement envisagé que des femmes, désireuses de retarder leur première grossesse pour optimiser leur carrière professionnelle, puissent faire prélever et congeler des ovocytes pour les utiliser plus tard. Techniquement, c’est déjà possible pour des jeunes femmes atteintes de cancer et dont les possibilités de gestation sont ainsi préservées, alors même qu’elles auraient été compromises par le traitement de leur tumeur (chimiothérapie ou radiothérapie). Ce qui peut être envisagé pour des raisons médicales peut-il l’être pour des raisons sociétales ? 
 
Il ne s’agit là que de quelques-uns des problèmes qui vont être débattus dans les prochains mois. Dans ce contexte, le comité de rédaction de Laennec a estimé opportun d’aborder ces questions dès le mois d'octobre – ce qui nous obligera à reporter la publication des actes du colloque de janvier 2013, « L’avenir de l’hôpital public confronté aux contraintes économiques : quelles possibilités d’action ? ». Nous espérons que nos lecteurs – ainsi que les intervenants au colloque, dûment informés – comprendront ce choix imposé par une actualité porteuse d’enjeux sociétaux majeurs. Les personnes qui n'avaient pu assister au colloque 2013, en particulier, trouveront dans le numéro de janvier 2014 tous les échos de cette rencontre. 
 
 
 

La Rédaction,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter