couv 2005-4

La revue Laennec
N°4/2005

Edito :

 En gériatrie, les décisions difficiles : tel était l’intitulé du colloque organisé par le Centre Sèvres, le Centre et la Revue Laennec et par l’association les Amis de Laennec, le 16 avril 2005.

Comme chaque année, la Revue Laennec en publie plusieurs actes. Dans le numéro de juillet 2005, vous avez pris connaissance de l’intervention du Docteur Bruno Devaux sur les décisions difficiles en médecine générale. Il soulignait le rôle du médecin traitant coordonnant les soins dispensés aux personnes âgés, indiquant les possibilités de maintien à domicile pourvu que soignants et famille soient motivés. Compétence, dévouement, disponibilité, résument bien l’engagement du médecin généraliste. Nous poursuivons dans le numéro d’octobre 2005 avec la publication de deux articles concernant les décisions difficiles en milieu hospitalier plus spécialisé.

Le premier émane de l’équipe du Professeur Jean-Noël Fiessinger (Service de médecine vasculaire et hypertension artérielle, Hôpital européen Georges Pompidou, Paris). Prenant l’exemple des patients confrontés au risque d’amputation, les auteurs soulignent la difficulté d’une telle décision pour le patient lui-même et aussi pour sa famille.
Nous découvrirons qu’un refus initial de soin peut évoluer vers l’acceptation d’un geste chirurgical lourd. Il importe aussi de savoir écouter la demande du patient. De même, la décision d’hospitalisation d’un patient suivi pour une maladie d’Alzheimer pose des difficultés, ce que montrent le Docteur Alain Baulon et Jean-Luc Noël (Hôpital Sainte-Périne, Paris). Malgré les troubles cognitifs, il est souhaitable d’associer les patients aux prises de décision les concernant et de maintenir une communication. Prendre soin d’autrui. Cette inclination prend toute sa valeur dans ces circonstances. Elle est facilitée par l’acquisition de compétences médicales et techniques,mais aussi par une réflexion autour des questions éthiques.

Les pratiques soignantes s’inscrivent dans un cadre juridique et le droit des malades a été renforcé par la Loi du 4 mars 2002, dite «Loi Kouchner ». Emmanuel Hirsch,Marc Guerrier et Tiffany Lernout (Espace éthique, Assistance publique-Hôpitaux de Paris) analysent, dans un article indépendant du colloque, les modifications sur les pratiques induites par cette loi qui traduit « l’émergence dans le champ de la santé et du soin de la parole des personnes malades ».

Dans notre univers qui évolue si rapidement, et singulièrement au sujet des questions de santé, la Revue Laennec voudrait, par ce numéro, continuer d’apporter à ses lecteurs des éléments d’information et de réflexion qui contribuent à rapprocher les situations concrètes de leur environnement juridique et de santé publique, et à en éclairer les enjeux philosophiques.

,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter