revue 2007-4

La revue Laennec
N°4/2007

Edito : Précarité et santé

L'actualité de la fin de l’année 2006 a vivement attiré l’attention sur la situation dramatique des personnes n’ayant aucun domicile fixe. Aucune amélioration ne se dessine en 2007 et on peut s’attendre à ce que les problèmes perdurent, voire s’accentuent, dans les toutes prochaines années, d’autant qu’il existe en France bien d’autres situations de grande précarité, dues à des facteurs divers, qui bien souvent se combinent : faiblesse et caractère aléatoire des ressources, grave insécurité dans les domaines de l’emploi et du logement, ruptures affectives, désinsertion sociale et perte des facultés d’adaptation, absence de titres de séjour en règle… Même si la législation française reconnaît un droit fondamental à la protection de la santé et garantit un égal accès aux soins, on sait désormais que ces différentes formes de précarité font partie des « déterminants sociaux » qui entraînent de très grandes inégalités en matière de santé, que ce soit en termes de morbidité ou d’accès aux soins. On ne saurait en prendre son parti sans porter atteinte à des droits fondamentaux de la personne humaine. Le colloque « Précarité et santé » organisé le 17 mars 2007 par le Centre Sèvres, la revue Laennec et l’association « Les Amis de Laennec » s’était donné pour objectifs :
  • de sensibiliser aux répercussions de la précarité sur la santé dans ses dimensions somatique et psychique,
  • de faire apparaître les difficultés d’accès aux soins et d’observance des traitements pour les personnes en situation de grande précarité, 
  • de présenter des initiatives prises, notamment au sein de grandes institutions, pour faire face à ces difficultés et mettre en oeuvre des prises en charge adaptées.
Le colloque s’est déroulé en deux temps : une première partie a permis de prendre la mesure des principales répercussions de la précarité sur la santé à partir des expériences de trois praticiens : un spécialiste de pathologie infectieuse, un psychiatre hospitalier exerçant dans le département de la Seine-Saint-Denis, enfin un médecin chargé de mission à la Direction générale de l’Action sociale du Ministère de la Santé. Faisant suite à leur constat évidemment pessimiste, la deuxième partie est venue apporter un éclairage encourageant en présentant trois exemples d’initiatives institutionnelles : l’expérience d’une équipe de terrain dans le domaine psychiatrique, l’action du Samu social à Paris, enfin la réalisation d’un projet d’amélioration de la prise en charge des patients migrants atteints de pathologies infectieuses graves par un service hospitalier dont l’ensemble du personnel médical et non médical est spécialement sensibilisé à cette tâche. Que les intervenants soient remerciés pour la richesse de leurs contributions et la rédaction des textes qui constituent ce numéro de Laennec.

Beaufils François, Ancien Chef du Service de Pédatrie-Réanimation, Hôpital Robert Debré, AP-HP – Paris, Rédacteur en chef de la revue Laennec

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter