couv 2008-3

La revue Laennec
N°3/2008

Edito : Vers la révision des lois de bioéthique

 Le principe d’une révision après cinq ans avait été inscrit par le législateur dans le texte des lois de bioéthique de 2004 issues de celles de 1994.

Le gouvernement et les Assemblées ont à préparer le nouvel arsenal juridique donnant un cadre à l’Assistance médicale à la procréation (AMP), à la recherche liée aux cellules souches, aux dons d’organes ou d’ovocytes, au statut du corps post mortem… Ici, ce sont la conception de l’homme proposée par une société à ses membres, les repères qu’elle leur donne et les dimensions symboliques lui conférant un sens, qui sont en cause.

Le Conseil d’État a lancé un groupe de réflexion qui devra remettre un rapport en fin d’année ; l’Agence de bioéthique et le Comité Consultatif National d’Éthique préparent aussi des rapports ; l’Assemblée Nationale a récemment organisé une audition publique sur les questions relatives à l’AMP. Des États généraux de la bioéthique devraient s’ouvrir début 2009 : le ministère de la Santé a fait connaître son intention « que tous les citoyens s’approprient le débat ».

Il faut souhaiter que ces délibérations ne virent pas à la cacophonie et que soient aussi entendus « savants » et « sages » qui, d’une manière ou d’une autre, promeuvent une éthique responsable, afin que la réflexion atteigne une hauteur en rapport avec les enjeux. L’exécutif et le législateur devront résister aux lobbies qui reflètent plus des intérêts particuliers que l’intérêt général. À sa place, Laennec nourrit la réflexion sur les problèmes ci-dessus, comme en attestent ses récentes publications sur lediagnostic pré-implantatoire (1), les cellules souches embryonnaires (2), l’état civil des enfants nés sans vie (3) et la protection des personnes qui se prêtent à la recherche biomédicale (4). Au cours des deux prochaines années, elle veillera à offrir à ses lecteurs des articles substantiels sur les questions en jeu et à proposer aux politiques eux-mêmes des réflexions libres, exigeantes, soucieuses du bien commun et de la dignité de l’homme, par des approches qui, sans se soumettre à un dogmatisme frileux, se refusent également à un empirisme erratique.


(1) Boles J.M. « Questions et réflexions sur l’application de la loi du 22 avril 2005 », Laennec : 3/2007.
(2) Sauvezie B. « Les cellules souches embryonnaires : dernières nouvelles d’une “révolution” ? », Laennec : 2/2008.
(3) Legras C. « L’état civil des enfants nés sans vie : réflexions sur les récents arrêts de la Cour de cassation », Laennec : 2/2008.
(4) Cf. Ducruet J. « La protection des personnes qui se prêtent à des recherches médicales », p. 6 de ce numéro. Laennec3-08BAG 15/05/09 17:56 Page 5 



Langue Patrick, s.j.

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter