Retour à l'accueil | Médecine et société | Quelques critères d'utilisation de l'imagerie médicale

Conclusions du colloque 


Depuis la toute première radiographie réalisée en 1895, l’imagerie médicale a révolutionné la médecine en permettant de voir ce qui demeurait invisible in vivo : les os, les organes, les tissus, les flux sanguins, etc. Elle a ainsi révolutionné le diagnostic, la décision médicale, le traitement médical, la prévention et la prévision des évolutions de la maladie. Plus que jamais, comme l’indique la racine indoeuropéenne du mot latin videre, voir c’est savoir. Ce savoir donne un pouvoir de diagnostic et de pronostic, qui suscite beaucoup d’espoirs thérapeutiques. Aujourd’hui, les techniques d’imagerie ne se contentent plus de chercher à voir l’invisible du corps. Elles parviennent à le simuler en produisant un double virtuel numérique du patient ou d’un de ses organes, sur lequel il devient possible de tester des traitements ou des gestes opératoires. Voir c’est donc aussi savoir manipuler des images pour simuler et prévoir ce qui peut arriver. Les différentes communications du...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter