Retour à l'accueil | Médecine et société | La place de la parole dans l'entretien pré-IVG

Sortir de la confusion, déchiffrer le passé, éclairer le présent… En ouvrant un espace d’écoute bienveillante à la parole des femmes demandeuses d’une interruption volontaire de grossesse, l’entretien pré-IVG vise à « mettre des mots sur une histoire », pour avancer dans la compréhension de soi et prévenir des souffrances ultérieures.


Dans le livret-guide « Interruption volontaire de grossesse » élaboré par le Ministère de la Santé (1), la consultation pré-IVG – dite « psycho-sociale » – est définie comme «un entretien particulier au cours duquel sont proposés une assistance sur le plan social, une écoute, un soutien psychologique, des informations ou des conseils appropriés à la situation de la femme. Ce moment d’écoute et de dialogue peut être important et aider l’intéressée dans une période difficile. » Cette consultation se déroule entre les deux consultations médicales préalables à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Psychologue clinicienne dans un centre de planification familiale de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, il m’arrive régulièrement de recevoir des femmes dans le cadre de cet entretien, prévu par la loi de 1975. Cette loi a été amendée et l’entretien ne demeure obligatoire que pour les femmes mineures. Mon expérience concerne ces dernières, mais aussi des femmes majeures...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter