Retour à l'accueil | Médecine et société | L'imagerie médicale dans la relation de soin : enjeux psychiques et éthiques

Les techniques d’imagerie médicale ont investi le langage contemporain sur le corps et modifié la perception que nous en avons. Un transfert s’opère du corps réel vers un corps construit, autre, qui nous est et nous demeure étranger.
Psychanalyste, Rémy Potier montre comment l’image de soi peut être mise à l’épreuve par l’imagerie médicale.
 


La médecine fait aujourd’hui la part belle aux technosciences. Cette réalité médicale induit progressivement une nouvelle représentation du corps dans la société en général, qui n’est pas sans influence sur le rapport qu’entretient le sujet avec l’image de son propre corps : les nouvelles normes qui émergent en matière de santé ont des répercussions au niveau anthropologique. D’où l’importance d’une réflexion interdisciplinaire à propos de la médecine, et plus spécifiquement à propos de l’imagerie. De fait, la visée technoscientifique d’amélioration des possibilités diagnostiques en vue de faciliter les traitements - voire d’éloigner les risques d’épidémies -met en avant un idéal clinique centré sur le regard, avec le diagnostic par l’image. La vision s’impose ainsi comme mode privilégié de fiabilité médicale, « l’impératif scopique » devenant la nouvelle norme scientifique. Mais l’imagerie médicale entérine la représentation d’un corps morcelé, chaque morceau de corps ayant son...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations