Retour à l'accueil | Médecine et société | L'échographie prénatale : enjeux pour les parents et pour les soignants

L’échographie prénatale occupe une place très importante dans le suivi de la grossesse, suscitant la fascination mais parfois aussi les malentendus entre parents et soignants. Technique délicate, elle exige de ces derniers à la fois bon sens et sens des responsabilités. Encadrement juridique, discernement dans l’annonce des résultats, distinction claire entre dépistage et diagnostic… Seule une pratique responsable de l’échographie permettra d’en optimiser les apports, tant sur le plan technique qu’en termes d’accompagnement humain.    


En France, les femmes font largement appel à l’échographie pour le suivi de leur grossesse. Selon la dernière enquête nationale périnatale, 98 % d’entre elles ont subi au moins trois examens échographiques en cours de grossesse et 99,8 % au moins un, la moyenne s’établissant à cinq. Cet article se propose d’analyser les divers enjeux d’un tel engouement : la fascination mais aussi les quiproquos suscités par l’échographie prénatale ; la nécessité d’un encadrement juridique de l’échographie, face à l’émergence d’un « droit au dépistage fiable » ; la place attribuée à la décision parentale lorsque l’examen laisse apparaître un doute ; et du côté des professionnels, la clarification indispensable entre dépistage et diagnostic… De fait, la vigilance s’impose pour que l’échographie, technique devenue performante, soit aussi une pratique utile et bénéfique pour la prise en charge des plus...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations