Retour à l'accueil | Médecine et société | Evolution des indications et des pratiques de la césarienne

Un tiers des césariennes pratiquées avant travail, en France, seraient potentiellement évitables en réalisant une tentative d’accouchement par voie basse. Co-auteur d’une étude récente sur ce sujet, Camille Le Ray examine les indications et les pratiques actuelles de la césarienne – un acte chirurgical très fréquent mais pas si sécuritaire qu’il y paraît – et invite les obstétriciens à ne pas la banaliser.  


L’accouchement est le plus beau moment de la grossesse aux yeux de nombreuses femmes. Cet événement qu’est la naissance confère évidemment un caractère particulier à la césarienne, qui apparaît de facto comme un acte chirurgical à part… mais un acte chirurgical tout de même, avec tous les risques que cela implique. Pour autant, le taux de naissances par césarienne a fortement augmenté en France et plus encore en Europe, au cours des dernières décennies. Alors, toutes ces césariennes sont-elles vraiment inévitables ? Après avoir discuté l’image « sécuritaire » communément attribuée à la césarienne dans notre pays et comparé la pratique française à celles des pays développés, nous nous demanderons – en nous appuyant sur les résultats d’une étude récente – si certaines de ces césariennes ne pourraient être évitées et à quelles...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter