Retour à l'accueil | Médecine et société | Accompagner les personnes avec déficience intellectuelle vers la promotion de leur santé et leur autodétermination

Clara est une jeune femme de 27 ans, en situation de handicap, vivant en Belgique dans un foyer avec quinze autres adultes de tous âges. Son voeu le plus cher est de vivre de manière autonome en appartement supervisé, loin des institutions qu’elle fréquente depuis son enfance, avec son compagnon rencontré il y a cinq ans. Cependant, une anxiété ingérable la conduit à s’auto-mutiler les doigts jusqu’au sang ; l’équipe médicale du foyer doit régulièrement lui prodiguer des soins. Tant que Clara ne règle pas ce problème, ses souhaits d’une vie autonome sont compromis.


Clara présente une déficience intellectuelle (DI), un trouble du développement neurologique qui affecte de 1 à 3 % de la population. Il se caractérise en premier lieu par un fonctionnement intellectuel limité, en dessous de la moyenne. Les déficits peuvent altérer, à des degrés plus ou moins sévères, des fonctions cognitives essentielles à la vie quotidienne (mémoire, attention, langage, etc.). Il se caractérise ensuite par une capacité d’adaptation limitée, également située en dessous de la norme. Les sphères du fonctionnement humain sont altérées, en particulier celle ayant trait à l’autonomie de l’individu. Enfin, pour être qualifiée comme telle, la déficience intellectuelle doit apparaître durant le développement de la personne, avant ses 18 ans.

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations