Retour à l'accueil | Evénements | Département d'Ethique biomédicale du Centre Sèvres - Facultés Jésuites de Paris

Evénements | Formations


Département d'Ethique biomédicale du Centre Sèvres - Facultés Jésuites de Paris

 35 bis, rue de Sèvres - 75006 Paris

Tél. : 01 44 39 75 00
E-mail : sjsevres@wanadoo.fr
Site internet : www.centresevres.com 
Renseignements et inscriptions du lundi au vendredi de 11h à 17h
 


 Le Département Éthique biomédicale
 
> Objectifs
Les différentes formations proposées par le département Éthique
Biomédicale ont pour but d’éclairer les nombreuses questions éthiques
posées par la médecine, le soin des malades, les applications humaines
des innovations biotechnologiques.
Elles permettent d’acquérir les connaissances historiques, philosophiques,
théologiques et juridiques, ainsi que les procédures pratiques, qui sont
nécessaires à l’analyse des situations, à l’argumentation et à la décision
éthique.
 
> Destinataires
Désireux de contribuer à une éthique du soin, le département Éthique
biomédicale s’adresse à toutes les personnes intéressées par la bioéthique,
et plus spécialement aux médecins, infirmières, professionnels de la santé,
et aux personnes engagées dans la pastorale de la santé, l’aumônerie des
hôpitaux ou, plus largement, l’accompagnement des malades.
Les personnes motivées peuvent préparer le Diplôme universitaire
d’éthique biomédicale du Centre Sèvres.
 
Responsable : Bruno Saintôt sj
Tél. : 01 44 39 48 36 
 
Programme 2016-2017
 
Cours
> Fondements et ressources philosophiques pour la bioéthique
Éprouver les valeurs, conduire l’argumentation
Bruno Saintôt 
le mardi de 19h30 à 21h30, du 18 octobre au 13 décembre
Comment éclairer et justifier les décisions en bioéthique en s’appuyant sur des ressources d’argumentation issues de la réflexion philosophique ? Le cours proposera une étude du rapport intrinsèque de la médecine à l’éthique puis présentera les principales références philosophiques mobilisées dans les débats bioéthiques : héritages d’Aristote et de Kant, utilitarismes, éthiques des principes et du care, minimalisme, etc.
 
> L’éthique médicale et ses fondements
Patrick Verspieren
le jeudi de 19h30 à 21h30, du 3 novembre au 15 décembre
Sera développée une conception de l’acte médical qui fasse réellement place à l’expérience humaine de la maladie et à la vulnérabilité qu’elle entraîne, à la confiance mutuelle entre soignant et soigné, à la responsabilité du médecin, sans oublier la liberté du malade, sa participation au processus de guérison et la solidarité à mettre en œuvre dans la société. Le concept central de « pacte de soin » sera confronté à la bioéthique américaine « canonique ». Cela permettra d’apporter un fondement aux principales exigences éthiques concernant le soin des malades.
 
> Fondements et ressources théologiques pour la bioéthique
Un projet pour la personne en société
Bruno Saintôt 
le jeudi de 19h30 à 21h30, du 5 janvier au 23 février
La réflexion morale théologique contribue à développer les capacités de réflexion, d’argumentation et d’action des chrétiens confrontés aux difficiles questions de bioéthique. Le cours unifiera les références bioéthiques fondamentales de l’Église (début et fin de vie, expérimentation, politique de santé, etc.) selon une conception du développement intégral de la personne. Il permettra d’éclairer la décision en conscience et de valoriser l’engagement citoyen.
 
> Les transhumanismes : sources, courants, questionnements critiques
Éric Charmetant 
le jeudi de 19h30 à 21h30, du 20 avril au 4 mai
Depuis toujours, l’être humain a cherché à se perfectionner. Mais aujourd’hui, la technique associée à la science permet d’intervenir à une échelle nouvelle sur son corps, son esprit, sa santé, sa vie sociale… et de nourrir le rêve d’une humanité augmentée. Ce cours présentera les sources et les différents courants transhumanistes, notamment chrétiens, dans leurs dimensions anthropologique, éthique, politique et théologique.
 
 
Session
> Éthique et déontologie de la pratique médicale et soignante
Patrick Verspieren, Élisabeth Quignard, Xavier Laqueille,
Catherine Leport, Dominique Poisson, Delphine Héron
le lundi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30,
le mardi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30,
le mercredi de 9h à 12h30 et de 14h à 16h15,
du 23 au 25 janvier et du 6 au 8 mars
La session a pour objectif d’aborder, de façon dense et ramassée, en deux séquences de trois jours chacune, l’ensemble des questions éthiques les plus fréquemment rencontrées par les professions de santé dans le soin et la relation avec les malades – information du malade, consentement aux soins et refus de traitement, secret professionnel, recherches menées sur l’être humain, soin des malades en fin de vie, limitation des traitements, demandes de mort –ainsi que des questions plus spécifiques – examens génétiques et respect de la personne, diagnostic prénatal, assistance médicale à la procréation et recherche sur l’embryon, critères de la mort et prélèvements d’organes. Le tout étant précédé des clarifications nécessaires sur ce que sont la réflexion éthique, la déontologie et le droit, dans une société pluraliste.
Chaque question fera l’objet d’un exposé clair et précis, prenant appui sur des documents remis aux participants. Suivront des échanges en groupes restreints ou un débat général.
Les participants recevront un important dossier composé de textes de référence éthiques, déontologiques et juridiques et d’articles de synthèse. Sera remise aussi, sur chaque sujet traité, une bibliographie complémentaire.
Cette session est réservée aux professionnels de santé et aux personnes qui sont institutionnellement engagées dans une réflexion sur la médecine et la santé.
Le nombre des participants est limité à 20.
 
 
 Journées d’éthique biomédicale
En un temps réduit, ces samedis de bioéthique permettent de découvrir ou d’approfondir, de façon concise et pédagogique, des domaines importants de la bioéthique. Ils peuvent être suivis de façon indépendante.
 
> Initiation à la problématique du « genre » (Genre I)
Quels enjeux éducatifs et éthiques ?
Bruno Saintôt 
le samedi 15 octobre, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h
Les études de genre analysent la répartition des rôles sociaux entre hommes et femmes, les rapports de pouvoir, les modes de structuration de l’identité, de l’orientation et des pratiques sexuelles. Les projets sociopolitiques du genre soutiennent des revendications politiques, éthiques et juridiques à interroger.
Cette initiation proposera une lecture historique et critique de quelques courants de pensée et d’action en évaluant philosophiquement et théologiquement leurs influences sur l’éducation et la bioéthique.
 
> Approfondissements de la problématique du « genre » (Genre II)
Critique anthropologique, éthique et politique
Bruno Saintôt 
le samedi 7 janvier, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h
Après les premiers repères historiques et conceptuels (Genre I), ce second samedi sera consacré à des approfondissements thématiques et à une évaluation philosophique et théologique des concepts et des programmes sociopolitiques actuels : French Theory et philosophies de la déconstruction, transformations du rapport nature-culture, anthropologie du corps, éthique et politique de la procréation, utopies cyborg et pratiques politiques, reconfiguration du lien sexualité-amour, etc.
 
 
> Au cœur de la relation de soin
L’attention au malade et le lien de confiance
Patrick Verspieren
le samedi 14 janvier, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h
Avant d’être application d’un savoir, la médecine suppose une relation humaine dont la qualité est un élément clef de son efficacité, et dont les composantes essentielles sont l’attention portée au malade dans sa singularité et l’établissement d’un lien de confiance entre patient, médecin et autres soignants. La pertinence de cette affirmation capable d’orienter la médecine sera développée en analysant des récits de malades au regard des réflexions récentes de philosophes et de professionnels de la santé.
 
 Colloques
> Comment humaniser la fin de vie ?
Contributions chrétiennes au désir de « bien vivre » et de « bien mourir »
En collaboration avec l’Institut Catholique de Paris
Bruno Saintôt, Catherine Fino et alii
le samedi 5 novembre de 14h à 18h
Dans un contexte d’allongement de l’espérance de vie, de reconfiguration des solidarités familiales et de redéfinition des politiques de santé publique, les conditions de la fin de vie préoccupent et inquiètent de plus en plus. La lutte contre la souffrance, l’accomplissement du projet de vie personnel et la qualité d’accompagnement deviennent des références centrales.
La loi Leonetti-Claeys, qui sera abordée spécifiquement lors du colloque du 10 décembre, a été voulue comme une réponse à ces préoccupations et au désir de « bien mourir ». Mais une loi ne peut aborder spécifiquement les questions des représentations et des valeurs collectives ainsi que du sens de la vie et de la mort, qui pourtant sous-tendent sa réception et les modalités de son application.
Dans l’histoire du christianisme occidental, du XIVe au XIXe siècle, des ouvrages très largement diffusés ont lié indissociablement « art de bien vivre » et « art de bien mourir » et ont façonné les imaginaires, les représentations, les valeurs et les pratiques des croyants et de toute la société.
Qu’en est-il aujourd’hui ? Que propose la théologie actuelle en rencontrant parfois d’autres discours de sagesse sur la fin de vie ? Comment la foi chrétienne peut-elle proposer aux chrétiens et également à tous les citoyens, des représentations personnelles et sociales, des valeurs et des pratiques qui contribuent à donner forme à nos désirs individuels et collectifs de « bien vivre » et « bien mourir » ?
En rappelant quelques éléments d’histoire, le colloque présentera quelques manières de répondre aujourd’hui à ces interrogations et évaluera leur pertinence dans une société pluraliste.
 
> Relation de soin, sédation et directives anticipées
après la loi Leonetti-Claeys
Questions pratiques et éthiques
En collaboration avec la Maison Médicale Jeanne Garnier, le journal La Croix et la revue Laennec
Marie-Sylvie Richard, Bruno Saintôt, Frédéric Guirimand, Marine Lamoureux, Dominique Poisson, Patrick Verspieren, Agata Zielinski et alii
le samedi 10 décembre, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30
La nouvelle loi dite Leonetti-Claeys a rendu contraignantes – sauf si elles apparaissent manifestement inappropriées – les directives anticipées qui expriment la volonté de la personne relative à sa fin de vie en mentionnant les refus, les limitations et les arrêts de traitements et d’actes médicaux. Elle a défini également, dans certaines circonstances, un nouveau droit à la sédation profonde et continue, jusqu’au décès, associée à une analgésie et à l’arrêt de l’ensemble des traitements de maintien en vie.
Quelles sont les questions pratiques et éthiques posées par la mise en œuvre de cette loi ? Comment les attitudes des malades et de leurs proches sont-elles modifiées ? À quels problèmes nouveaux sont confrontés les médecins et l’ensemble des soignants ?
Le colloque cherchera à répondre à ces questions et contribuera à formuler des repères éthiques et des recommandations de bonnes pratiques.
 
Cycle colloque et conférences
> Médecine, bioéthique et société
Comité d’organisation
Bruno Saintôt, Éric Charmetant, Pierre Corvol, Jean-Noël Fiessinger, Jean Picq, Alain Tenaillon, Patrick Verspieren
Les évolutions des techniques et des pratiques médicales suscitent beaucoup d’espoir, posent de nouveaux problèmes éthiques, et nécessitent des choix politiques et économiques qui ne font pas forcément l’objet de larges consensus.
Le colloque et les conférences feront intervenir des personnalités reconnues dans leur discipline pour préciser les enjeux techniques, éthiques et sociétaux des évolutions médicales et pour aider chacun à clarifier ses opinions, réflexions et décisions.
 
. Faut-il connaître ses gènes pour maîtriser sa santé ?
Conférence le mercredi 16 novembre, de 19h30 à 21h30
. Problèmes éthiques du don d’organe
Conférence le mercredi 18 janvier, de 19h30 à 21h30
en partenariat avec le Centre Laennec
. Que changent les neurosciences à la pratique de la psychiatrie ?
Colloque le samedi 25 mars, de 14h00 à 18h 
. Les vaccinations : réticences et enjeux
Conférence le mercredi 19 avril, de 19h30 à 21h30
en partenariat avec le Centre Laennec 
 
Libre participation aux frais
 
 

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter