Retour à l'accueil | Ethique | Éthique de la décision médicale : réflexion philosophique

Fruit d’une évolution déjà longue de la relation soignant-soigné, encadré par un texte législatif de qualité, le partage de la décision médicale ne sera éthiquement satisfaisant que s’il s’inscrit dans le cadre d’une véritable alliance thérapeutique : si la volonté du patient doit être prise en compte, elle ne saurait constituer une injonction pour le médecin. 


La décision médicale s’inscrit dans le cadre d’une relation entre le médecin et le patient, dont il convient de rappeler les caractéristiques. On pourra alors s’interroger sur la pertinence de ce que l’on nomme la décision partagée. Si nous parlons de consultation dans la conversation courante pour désigner la rencontre entre le soignant et le soigné, l’expression de « colloque singulier », proposée par Georges Duhamel, a l’avantage de mettre en évidence la spécificité de cette rencontre à nulle autre pareille. Une relation qui s’inscrit dans un nouvel environnement Le « colloque singulier » permet de caractériser la relation de soin et l’organisation du système de soins en porte toujours la marque, même si les évolutions contemporaines paraissent modifier sa structure. En effet, cette situation de « duo » ne permet pas de définir la totalité du système de soins pour deux raisons : d’une part, la prise en charge d’un patient n’est pas toujours le fait d’un interlocuteur unique -...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter