Retour à l'accueil | Ethique | Recevoir le consentement en gériatrie

 Les caractéristiques propres au patient de gériatrie contribuent à rendre certaines situations particulièrement complexes, requérant de la part dumédecin une écoute vigilante et un rapport spécifique au temps ou aux proches. Pour autant, la plupart des problématiques ainsi rencontrées semblent bien imprégner, à des degrés divers, la pratique de toutmédecin.


 Recueil du consentement : des difficultés spécifiques à la gériatrie ?  Des arguments qui doivent être convaincants Chez les personnes [très] âgées, une fois posée l’indication d’un traitement, la pénibilité inhérente à certains soins peut venir contrebalancer l’intérêt thérapeutique qui les motive. Les arguments rationnels avancés par le médecin s’opposent alors parfois à la perception subjective du patient, voire à ses choix profonds. Mais quels peuvent être ces « arguments de vente », les différents outils dont dispose le gériatre pour convaincre son patient ?  Un préalable indispensable : la conviction du médecin lui-même Pour recueillir le consentement de son patient, lemédecin doit être luimême convaincu du bien-fondé de son ordonnance. Or ce préalable indispensable ne va pas de soi en gériatrie : dans bon nombre de situations, l’insuffisance des études ne permet pas de fonder les prescriptions sur une forte conviction scientifique. On retrouve peu de...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter