Retour à l'accueil | Ethique | Parcours de la vulnérabilité en réanimation adulte

 Compte tenu de ses caractéristiques propres, le domaine de la réanimation apparaît particulièrement pertinent pour interroger le champ de la vulnérabilité

dans la relation soignante.


 Le médecin, et plus largement le personnel soignant, se trouvent confrontés quotidiennement à la réalité de la vulnérabilité des personnes qui se confient à eux ou qui leur sont confiées. La prise en charge de cette vulnérabilité pose question : jusqu'où doit-elle aller ? Plus précisément, l’objet de la médecine (1) – si tant est que l’on puisse dégager un consensus à ce propos – est bien de soulager l'homme blessé, que sa blessure soit fonctionnelle (chirurgie réparatrice orthopédique), physiologique (traitement d’une infection) ou psychique (aide à vivre avec un traumatisme). Mais l'action médicale doit-elle concerner aussi la vulnérabilité du patient en tant que telle, c'est-à-dire cela même qui rend possible le fait que celui-ci soit blessé, atteint dans son intégrité physico-psychique (selon l’étymologie, le terme « vulnérabilité » (2) exprime la capacité d’être exposé aussi bien à une agression extérieure qu’à une défaillance de l’intériorité) ? Les règles déontologiques...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations