Retour à l'accueil | Ethique | Naissance : pourquoi valoriser le corps ?

La naissance se joue à l’articulation de la chair et de la parole. Le choix qui consisterait à dissocier volontairement naissance et filiation équivaudrait à exposer délibérément les enfants concernés à un parcours semé d’embûches. Une société en a-t-elle le droit ?


Un contraste est frappant : entre les choix concrets de la très grande majorité de nos contemporains et le discours actuellement dominant dans les sphères influentes. Dans leurs conduites concrètes, nos contemporains affirment une nette préférence pour l’articulation entre chair et parole, autour de laquelle se constituent la famille et la naissance. Dans le discours dominant, ces deux réalités sont souvent dissociées, le corps étant réduit au rang d’instrument et la parole étant considérée comme toute-puissante, soit sous sa forme individuelle (l’adoption, la volonté, le « projet parental ») soit sous sa forme collective (la culture, le droit positif). Ces enjeux se nouent – et ce n’est pas un hasard – surtout autour de la procréation et de la naissance. De différentes manières, le corps est aujourd’hui dénié dans sa dimension éthique, c’est-à-dire comme source de valeur et de sens. Peu importent les liens du sang, les conditions de la procréation ! Les parents ne sont pas les...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations