Retour à l'accueil | Ethique | Les consultations avant l’adoption. Enjeux et questions éthiques

Pratique aujourd’hui en décroissance, l’adoption internationale concerne fréquemment des enfants atteints de problèmes de santé plus ou moins lourds. D’où l’émergence d’une forte demande de conseils médicaux, chez les parents candidats à l’adoption, à l’origine des récentes « consultations pédiatriques avant adoption ». Un exercice particulièrement délicat, exigeant du praticien la mise en œuvre de repères éthiques à la fois clairs et solides.  


Le panorama actuel de l’adoption internationale se caractérise, après des années de forte croissance, par la double diminution du nombre d’enfants à adopter et, parmi eux, de la proportion d’enfants dits « parfaits ». En 1980, moins de 1000 enfants étrangers étaient adoptés en France versus plus de 4000 en 2005. Cette progression, qui semblait exponentielle, a alors reçu un brusque coup d’arrêt, avec une baisse importante enregistrée dès 2007. Ainsi, en 2013, 1350 enfants seulement ont été adoptés à l’étranger par des familles françaises. Cette évolution est liée à la diminution de « l’offre » d’enfants adoptables par les pays étrangers, et non à une diminution des demandes. Parfois pour des raisons conformes à l’intérêt de l’enfant – par exemple la diminution de la misère dans son pays d’origine, ou la volonté de privilégier son avenir en lui offrant la possibilité de rester dans sa famille élargie ou dans une autre famille de son pays de naissance… Mais en réalité, cette...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations