Retour à l'accueil | Ethique | Le projet parental suffit-il ?

« Le projet parental suffit-il? » Ainsi posée, la question paraît consister à déterminer si la notion de projet parental est pertinente et suffisante pour décider des conditions d’accès à l’AMP et du sort de l’embryon. Mais elle peut prendre aussi un sens plus vaste : être parent, est-ce accueillir ou maîtriser la vie ?


 Apparemment anodin, objectif, de l’ordre du constat, le concept de projet parental consacré par le législateur français en 1994 – lors des premières lois dites « de bioéthique » – n’a en fait rien d’évident. Et cela est d’autant plus manifeste que l’on tend à vouloir lui faire jouer un rôle qui n’est plus tant celui de pré-requis pour l’engagement d’une démarche d’assistance médicale à la procréation, mais – en quelque sorte – celui de magistrat suprême du sort de l’enfant à naître et de seul juge légitime de la dignité de l’embryon humain. J’évoquerai successivement la genèse de cette notion, sa consécration par le législateur lorsqu’il s’est intéressé à l’encadrement des pratiques dans le domaine de la médecine de la reproduction et l’évolution considérable de la portée qui lui a été prêtée. Enfin, j’avancerai quelques réflexions en réponse à la question posée.  Genèse de la notion de projet parental  Enfanter : c’est bien sûr une réalité de toujours, mais cette réalité...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations