Retour à l'accueil | Ethique | La loi de bioéthique : ses sources, ses évolutions, son avenir

Généticien et pédiatre, Jean-François Mattei a effectué son parcours hospitalier et universitaire à Marseille. Il est ancien ministre de la santé, membre de l’Académie nationale de médecine et membre de l’Institut de France. Il a été en 1994 le premier rapporteur de la loi dite de bioéthique. Dans l’article qui suit, il introduit d’abord les racines de l’éthique avant d’offrir une analyse lucide des questions posées par la révision en cours de la loi de bioéthique.


L’éthique, restée pendant des siècles dans le domaine de la réflexion philosophique et théorique, a réémergé dans les débats à l’occasion de la barbarie de la seconde Guerre mondiale, avec Auschwitz, la Shoah, la médecine nazie et le docteur Mengele. Il s’en est suivi en 1945 le procès de Nuremberg, puis le regroupement d’un certain nombre de règles dans le « Code de Nuremberg », principalement orienté sur l’expérimentation humaine et la notion essentielle de consentement. Ce code a été conforté en 1948 par la deuxième Déclaration universelle des droits de l’homme qui a insisté sur la notion essentielle de dignité de chaque personne humaine. Le moment était alors propice à ce que la pratique se saisisse de l’éthique, du fait de la rencontre de deux révolutions : la révolution sociétale et la révolution...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations