Retour à l'accueil | Ethique | L'Unité d'éthique du CHUV de Lausanne. Pour une éthique immergée dans la pratique clinique

Pour une prise en charge adéquate, ce qui relève de l’humain est tout aussi important que ce qui est donné par la technique. Lazare Benaroyo présente l’approche du soin telle qu’elle est développée par l’Unité d’éthique du Centre hospitalier universitaire Vaudois de Lausanne (CHUV) : une visée qui englobe l’agir technique et l’agir relationnel.  


>> Revue Laennec (RL) : Lazare Benaroyo, vous êtes médecin et philosophe, responsable de l’Unité d’éthique du Centre hospitalier universitaire Vaudois (CHUV), à Lausanne. Quelle est l’origine de votre double parcours, médical et philosophique ? >> Lazare Benaroyo : Je me suis formé en médecine à l’Université de Lausanne, et je me suis ensuite « spécialisé » durant sept ans en médecine générale. À noter qu’en Suisse, la formation en médecine générale est reconnue comme une spécialisation par la Fédération des médecins helvétiques (FMH). J’ai par la suite pratiqué en tant que médecin indépendant durant quatorze ans, à mi-temps, ce qui m’a permis de me former – comme je le souhaitais déjà en tant qu’étudiant – en histoire, philosophie et éthique de la médecine. J’ai accompli cette formation aux Universités de Bâle, de Zürich, puis aux États-Unis, aux Universités de Harvard, Johns Hopkins et Georgetown (auprès d’E.D. Pellegrino), puis à l’Université libre d’Amsterdam où j’ai obtenu un...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations