Retour à l'accueil | Ethique | L’autruicide, un problème éthique méconnu

 Manque de considération mortifère à l’égard d’autrui, l’autruicide se produit dès lors que l’autre n’est plus reconnu comme semblable en humanité.

Jean Maisondieu dénonce les risques de dérives autruicidaires dans notre civilisation férue d’autonomie et d’utilité sociale.


 Sur internet, le 9 novembre 2009, le moteur de recherche Google proposait 57 500 000 références sur le suicide, 10 500 000 sur l’homicide, 3 690 000 sur le meurtre… et 208 sur l’autruicide. Ces chiffres sont éloquents : au palmarès des mots rendant compte d’actions mortifères à l’encontre d’un être humain, le score de l’autruicide semble ridicule. Cela peut s’expliquer : alors que les trois premiers termes sont attestés depuis des siècles, « autruicide » n’apparaît que dans le courant du vingtième. En outre, le mot ne figure pas dans tous les dictionnaires. Il n’est pas mentionné, par exemple, dans le « Petit Robert » de 2007 ; il faut aller le chercher dans le « Grand Robert » de 2001, selon lequel ce terme didactique signifie « meurtre d’autrui » ou, au sens figuré, « fait de ne pas prendre autrui en considération ». Pourquoi proposer, dans une revue médicale, une réflexion sur un mot aussi peu utilisé ? Parce que l’autruicide est un concept émergent dont les professionnels de...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations