Retour à l'accueil | Ethique | Intérêt et limites des modèles de décision médicale : éléments d'histoire et situation actuelle
picto_big

Ethique | Actes du colloque

Mots clés : Décision médicale.

N°4/2014

Intérêt et limites des modèles de décision médicale : éléments d'histoire et situation actuelle

René Amalberti, Conseiller sécurité des soins, Haute Autorité de Santé – Directeur scientifique de la Prévention médicale, Groupe MACSF

Les caractéristiques propres de la décision médicale contribuent à sa difficulté, justifiant le nombre élevé des études qui lui ont été consacrées. René Amalberti présente trois approches - pragmatique, cognitive et participative - de la décision médicale, et questionne la place croissante octroyée aujourd’hui aux nouvelles technologies dans le processus de décision.  


La décision médicale a suscité de très nombreux travaux, sous des éclairages variés et selon des modèles sensiblement différents qui mettent en jeu le processus cognitif de la décision, la participation du patient et l’aide à la décision. Ce champ d’études est emblématique de l’un des deux piliers historiques de la médecine : celui du diagnostic médical - la thérapeutique constituant le second pilier. La décision médicale se prête de fait à une littérature importante, en alliant trois caractéristiques qui contribuent à augmenter sa difficulté : le doute du décideur, l’incertitude du domaine concerné, et la relation d’asymétrie particulière qui prévaut entre les acteurs (médecin et patient). Nous proposerons dans cet article trois approches différentes de ce processus complexe qu’est la décision médicale, ayant chacune donné lieu à un débat récurrent sur la nature du modèle choisi : le regard pragmatique sur l’ampleur des chiffres d’erreurs dans la décision médicale ; le regard...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations