Retour à l'accueil | Ethique | Du nécessaire élargissement du débat bioéthique

Rapporteur général des États généraux qui ont préparé en 2009 la révision de la loi de bioéthique, Alain Graf analyse les conclusions des forums citoyens réunis à cette occasion et pointe l’intérêt de ce nouveau mode de réflexion collective.


 Il n’est pas nécessaire d’être technicien pour s’interroger sur la finalité d’un outil. Il n’est pas indispensable de savoir manier le marteau et l’enclume pour s’interdire d’en faire un instrument de torture, ni même d’être informaticien pour se soucier de l’usage conforme aux libertés publiques de l’informatique. Pourquoi rappeler de tels truismes au départ d’un article sur la bioéthique ? Parce que ces évidences souvent occultées – comme j’ai pu le constater tout au long des États généraux de la bioéthique dont la vocation initiale était d’ouvrir un large débat public, au-delà du cercle étroit des spécialistes – contrarient l’ordre routinier de l’échange « entre soi » des experts. Dans la cité comme dans un navire, ce n’est pas au machiniste qu’il faut demander de décider de la destination à atteindre mais aux passagers, qui doivent s’accorder sur la direction à suivre. Cette autre évidence, l’idéologie techniciste s’emploie cependant à la faire oublier pour assurer son...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter