Retour à l'accueil | Ethique | Confusions et débats autour de la « mort encéphalique »

La validité du constat de « mort encéphalique » comme critère de la mort est aujourd’hui contestée, aux États-Unis et en Allemagne tout particulièrement. L’auteur en analyse les raisons et souligne l’importance
d’un vocabulaire adéquat pour clarifier la réflexion.


Comme l’a bien montré le colloque dont rend comptece numéro de la revue Laennec, la mort d’une personne dont la circulation sanguine est maintenue, grâce notamment àune ventilation artificielle, peut être constatée selon des modalités précises. La validité de ce constat est cependant contestée, aux États-Unis et en Allemagne tout particulièrement. Le propos de cet article est d’étudier certaines de ces  contestations, d’en rechercher l’origine, de mettre l’accentsur de graves erreurs de vocabulaire, de tenter de mettre de la clarté là où c’est nécessaire. Nous espérons que cela permettra de lever des soupçons concernant la validité du« critère neurologique » de la mort, qui consiste dans le diagnostic d’état de «mort encéphalique », critère désormais accepté dans la plupart des pays. Il est important de se livrer à un tel travail, pour ne pas laisser les objections faire leur chemin souterrainement et éclater un jour à la surface à l’occasion d’un fait divers qui troublerait...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter