Retour à l'accueil | Ethique | Augustin, une vie trop brève
picto_big

Ethique | Témoignage


N°2/2017

Augustin, une vie trop brève

Jeanne et Stanislas Bourdeaut,

Confrontés à la découverte anténatale d’une malformation grave chez leur enfant, Jeanne et Stanislas ont choisi la poursuite de la grossesse dans le désir d’accompagner la fin de la vie d’Augustin à sa naissance. Dans un très beau dialogue, ils témoignent de l’importance pour chaque couple de partager jusqu’au bout la vie trop brève d’un enfant gravement malformé.


« Appelle-le Gabriel, ou Raphaël, un nom d’ange ». J’ai quelquefois entendu ces conseils pleins de sollicitude au moment de choisir un prénom pour notre enfant. Au fil des jours, le choix du prénom devenait de plus en plus évident. Augustin a marqué notre quotidien tout au long de sa vie in utero ; nous voulions un prénom fort, pour son histoire signifiante. Augustin n’a-t-il pas – du moins cela est probable – été conçu lors de notre séjour en Afrique ? Un grand nom pour un tout petit être.

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations