Retour à l'accueil | Ethique | AMP, souffrances de l'infertilité et place de l'enfant à venir

Prématurités, vulnérabilité des parents, enfant psychothérapeutique, dissociation parentale : autant de situations susceptibles de fragiliser la place de l’enfant conçu par AMP et requérant, de la part du praticien qui propose ces techniques, responsabilité et discernement éthique.


 « Sans faire l’unanimité, le principe purement démocratique selon lequel une femme (ou un couple) doit pouvoir donner la vie à sa guise réunit une large majorité (…) C’est ici que commence, nous ne voudrions pas dire l’aventure, mais le neuf. » Cette déclaration du sociologue Alfred Sauvy remonte à plus de quarante ans. Elle s’inscrivait dans le cadre des débats sur l’émergence du « planning familial », lui-même issu de la médicalisation progressive des pratiques contraceptives à la fin des années 1960 (1). Son caractère prémonitoire s’est depuis largement confirmé. L’enfant n’est plus aujourd’hui le fruit « naturel » d’une vie conjugale, mais bien celui d’une décision prise dans une société où la femme a droit de cité. La régulation de nature médicale apparaît ainsi comme l’instrument d’une évolution vers l’« enfant du désir » sans précédent dans l’histoire de la famille.  En effet, si la contraception a eu pour conséquence universelle d’enrayer une croissance démographique...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations