Retour à l'accueil | Ethique | À propos de la « gender theory »

Le genre : un mot « fourre-tout », utilisé à des fins diverses qu’il importe de repérer, mais qui fait émerger des questions essentielles. Après avoir rappelé l’évolution du concept de genre et la montée de la gender ideology, Xavier Lacroix dénonce les conflits de valeurs entretenus par celle-ci. Un véritable travail de discernement s’impose pour articuler finement nature, culture et liberté.  


Le débat est vif, aujourd’hui, autour de ce que l’on appelle volontiers la « gender theory ». Comme souvent, il révèle davantage les fantasmes ou les peurs qu’une réelle connaissance des enjeux - tout particulièrement à propos de l’école. Il reste que, derrière ce que l’on nomme abusivement « theory », se profilent des concepts érigés par certains en véritable idéologie, laquelle resurgit dans d’autres domaines tels que la filiation ou la famille. Un point s’impose donc sur le sens et les usages contemporains du mot « genre ». On pourra ensuite en appeler à quelques repères anthropologiques pour élaborer une pensée affinée de la différence.  Il ne faut pas confondre les gender studies et la dite « gender theory », qui est en réalité une gender ideology. Comme leur nom l’indique, les gender studies sont des études, souvent sociologiques. Elles traitent des rôles sociaux des hommes et des femmes, en particulier sous l’angle des inégalités et des rapports de pouvoir - qu’il s’agisse...

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Vous êtes abonné à la revue Laennec,


Si vous n’êtes pas abonné,

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter


Formations