Retour à l'accueil | Colloque | « L’affaire Vincent Lambert » - Enjeux médicaux, juridiques et éthiques

« L’affaire Vincent Lambert » - Enjeux médicaux, juridiques et éthiques

 Colloque organisé par le Centre Sèvres  - Facultés jésuites de Paris


Depuis mai 2013, la France est émue et divisée à propos de ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Vincent Lambert ». Pour statuer sur le maintien ou l’arrêt de l’alimentation de M. Vincent Lambert, la justice est intervenue quatre fois en raison des divisions opposant les membres de sa famille. Ces interprétations successives de la loi Leonetti ont soulevé bien des questions et oppositions.
En effet, d’autres personnes, en état « végétatif », paucirelationnel ou de « conscience minimale » sont dans une situation proche de celle de M. Lambert. Est-il déraisonnable de continuer à les nourrir par voie artificielle ? Beaucoup le pensent. Des familles de patients traumatisés crâniens ou gravement cérébro-lésées sont au contraire comme « tétanisées » par ces débats, et redoutent des évolutions du droit et des pratiques médicales.
De plus, les décisions à venir influeront sur le regard porté sur les personnes qui ne peuvent plus guère communiquer avec leur entourage. Grands sont donc les enjeux médicaux, juridiques et éthiques des débats actuels.

Cette rencontre, qui fera intervenir des spécialistes reconnus dans leur domaine, aura pour objectifs :
- de faire mieux connaître les situations d’altération chronique de la conscience,
- de présenter les méthodes et techniques mises en œuvre aujourd’hui pour évaluer l’état de conscience de chaque patient,
- d’analyser l’arrêt du Conseil d’État du 24 juin et ses conséquences potentielles,
- et enfin, de proposer une réflexion éthique sur le recours à un mode artificiel d’alimentation.
 
 
Des spécialistes pour éclairer la spécificité de la situation et ses enjeux
 
François TASSEAU, médecin réanimateur et de médecine physique et de réadaptation, co-fondateur du Service de Rééducation Post-Réanimation (SRPR) du CHU de Saint-Étienne.
Ex-directeur médical du Centre médical de l’Argentière.
Initiateur et responsable du DU « Prise en charge des patients en état végétatif ou pauci-relationnel » de l’université Jean-Monnet à Saint-Étienne.
Président de l’association France Traumatisme Crânien.
 
Jacques LUAUTÉ, professeur de médecine, docteur en neurosciences, chef du service de médecine physique et réadaptation, Hôpital Henry-Gabrielle, CHU de Lyon.
Désigné comme expert par le Conseil d’État pour l’examen de M. Vincent Lambert.
 
Dominique THOUVENIN, professeure à l’École des Hautes Études en Santé Publique, titulaire de la chaire « Droit de la santé et éthique ».
Centre de recherche « Droit, sciences et techniques », Paris I Panthéon- Sorbonne.
Membre du Comité Consultatif National d’Éthique.
 
Patrick VERSPIEREN, maître-assistant émérite en philosophie morale, co-fondateur du département d’Éthique biomédicale du Centre Sèvres, membre de ce département.
 
Déroulé du colloque
 
Présentation du colloque
P. Bruno Saintôt, Responsable du Département d’éthique biomédicale
 
Enjeux médicaux
Modérateur : Pr. Jean-Noël Fiessinger, membre de l’Académie Nationale de Médecine, membre du Comité Consultatif National d’éthique.
 
Dr François TASSEAU : Le soin des patients en état végétatif ou paucirelationnel
Réflexion sur 10 ans d’expérience dans la région Rhône-Alpes
Débat
 
 Pr Jacques LUAUTÉ : Évaluation de l’état de conscience après coma
Débat
 
PAUSE
 
Enjeux juridique et éthique
Modérateur : P. Bruno Saintôt
 
Pr Dominique THOUVENIN : Analyse de l’arrêt du Conseil d’État du 24 juin 2014 et de ses possibles conséquences sur la pratique médicale
Débat
 
P. Patrick VERSPIEREN : La décision de mettre fin à une alimentation par voie artificielle. Réflexion éthique
Débat
 
Conclusion
 

Rechercher un article

Recherche avancée

S'inscrire à la newsletter